Acceleration versus deceleration

Accélération versus Décélération

Ces dernières années, tout nous conduit à accélérer !

Le temps semble se raccourcir, nous échapper, nous courrons après lui.
Le pilotage à court terme, les mails, les messageries instantanées, l’impatience des clients, des managers, des collaborateurs… tout conduit les entreprises et leurs forces vives à vivre à 200 à l’heure. Le burnout pointe !
Accélération. Nous n’entendons que cela ! Et la décélération ?

Notre rapport au temps a changé

Les progrès technologiques, mail, téléphones, webcam, voitures, trottinettes… nous font économiser du temps et pourtant nous avons le sentiment de toujours en manquer ! Nous sommes guidés par un sentiment d’urgence, notre rapport au temps a changé, nous sommes dans l’accélération permanente.
Avant il nous fallait 15 minutes pour écrire une lettre, l’imprimer, la relire, la mettre dans l’enveloppe… Aujourd’hui il nous faut une minute pour écrire un mail. Nous en écrivons alors 15, nous produisons alors plus, avec un sentiment d’urgence ! Le temps « économisé » ne nous a pas laissé plus de temps. Il a au contraire modifié notre rapport au temps et favorisé l’augmentation de la production.
En France, c’est même plutôt bien vu d’être à fond, débordé, charrette, « à la bourre » !

Acceleration et deceleration

Le temps conduit nos vies !

Dans la vie quotidienne aussi le temps est au centre de nos préoccupations. Nous voulons faire le plus de choses possibles dans un espace-temps défini.
En vacances, nous enchaînons les visites, les activités, les réunions entre amis, famille…
Certaines personnes rentrent même épuisées de leurs vacances. Elles ont enchaîné les activités, oubliant de se reposer, de prendre le temps !
Combien de fois dans une journée, une semaine, un mois, entendons-nous « Je n’ai pas le temps, je suis sous stress, je suis sous pression » ? C’est une forme d’aliénation, une aliénation au temps, à l’accélération.

Multitâche, c'est trop !

Le temps est subjectif

Cette accélération a des conséquences sur notre bien-être et notre santé, physique et parfois mentale.
L’Homme, tout comme les plantes, les animaux, les êtres vivants, a besoin de se ressourcer, de temps de pause, de décélération.
La nature suit des rythmes immuables, elle a besoin de temps pour produire, créer des ressources, elle suit donc le rythme des saisons. L’Homme essaie de passer outre et d’accélérer les choses, mais lorsque nous la laissons faire, la nature prend le temps nécessaire pour se ressourcer, préparer sa floraison, sa renaissance.

Accélération versus décélération, le bon équilibre

L'être humain a besoin de pauses

L’Homme a lui aussi son propre rythme, nous ne sommes pas tous identiques, mais nous avons tous besoin de temps de pause. En effet, nous avons besoin de nous ressourcer, de nous reposer, de recharger les batteries.
Le toujours plus a des limites, celles du corps, de l’esprit et peut-être même du cœur.
Les nombreux cas de dépression et de burn-out en sont la preuve. L’épuisement professionnel, le ras le bol est un mal qui se répand, de plus en plus, car le travail est rarement fini, il en reste toujours !
J’entends parfois « c’était quand même plus dur avant et nous n’avions pas tous les problèmes d’aujourd’hui ! ». Peut-être, mais la pression psychologique, notre rapport au temps ET nos aspirations ont évolué.

Dessiner pour se ressourcer, décélérer

La décélération, le ressourcement sont essentiels pour gérer l’accélération.

Les pauses sont indispensables

La décélération c’est prendre le temps de se poser, de se ressourcer, de permettre à notre corps et à notre esprit de se détendre. C’est une question d’équilibre, de santé.
Dans notre société moderne, nous avons besoin de réapprendre à décélérer mais aussi de le vivre comme quelque chose d’essentiel.
Nombre de personnes pensent que c’est une perte de temps, que c’est du temps « perdu », qui pourrait être utilisé à bien plus utile ! Pour moi c’est au contraire une nécessité absolue pour prendre soin de soi, pour être ensuite 100% opérationnelle et respecter le rythme de mon corps et de mon mental.

De nombreuses activités permettent cette décélération, ce ressourcement : marche dans la nature, yoga, pilates, méditation, sport, dessin, sophrologie…
ODI-C Création propose différents types d’activités de décélération basées sur l’art. Que ce soit pour les organisations ou pour les particuliers, ces activités proposent de prendre le temps, de se détendre, au profit de la santé individuelle et collective.

Apprendre à décélérer, à se ressourcer, dans un monde en accélération, où l’espace-temps nous donne le sentiment de s’être contracté est une question de survie. C’est une façon de prendre soin de sa santé et c’est aussi un moyen de prévenir les risques psychosociaux.

Et vous, vous accordez-vous des temps de pause ? Des temps où vous prenez soin de vous ?
Avez-vous le sentiment d’avoir des temps de pause suffisants dans votre travail ? Consacrez-vous ces temps de pause à vous ressourcer ?
N’hésitez pas à me faire part de votre ressenti.

À bientôt, artistiquement

Isabelle

Art-Thérapeute
Coach créative
Enseignante de la méthode Zentangle

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

error: Le contenu de ce site est protégé.
Retour en haut